ActualitésLa familleLe néflierLa fabriqueLe makhilaArtisans au Pays Basque

Infos, coordonnées, plan du site

Retour à l'accueil




 

 2

        A V R I L   2 0 0 3 

Le printemps est pour notre atelier la saison du marquage des bois. Il nous faut courir bois et forêts pour y repérer les pieds de néflier ayant la bonne grosseur et la forme convenable. Le marquage se fait sur le pied avec un instrument coupant original fabriqué par nous-mêmes. Ces dessins sont de délicates incisions faites à la main qui donneront à l'automne ces étranges cicatrices en relief qui ornent nos makhilas.



Le printemps est aussi le temps des fleurs de la rosacée qu'est le néflier. Elles sont blanches et solitaires, à l'extrémité des jeunes rameaux. Vous pouvez les voir par exemple fin avril, début mai, dans le jardin du Moyen Age, boulevard St Germain en plein coeur du Quartier latin. Cherchez-les en lisière de la "forêt de la licorne" et visitez dans la foulée le Musée national Thermes et hôtel de Cluny qui a crée ce très beau jardin en 2000.
Dans le Centre de la France, on disait autrefois: "Lorsque la nèfle est en fleurs, les petits loups y voient clair".


Grange TauletxeaMAKHILA-ren ETXEA

La Maison du Makhila

Makhilaren Etxea, la Maison du Makhila. Un nouvel espace d'accueil.

Depuis l'été 2002, les visiteurs de l'atelier Ainciart-Bergara peuvent assister à la projection d'un film DVD sur grand écran. Il relate en 33 minutes les différentes étapes de la fabrication du makhila : recherche du bois en forêt, écorçage au four puis travail du métal. C'est Etienne Gary de la société 16Arts Production qui l'a réalisé. Au même endroit sont aussi exposés des panneaux sur les costumes basques au XIXème siècle, sur nos ancêtres Ainciart et Bergara, sur le bois de néflier et sur les combats des Basques avec le makhila.

Makhilaren Etxea, la Maison du Makhila, est située dans l'ancienne étable d'une maison de style labourdin située en face de l'atelier, sur le fronton et appelée Tauletxea. Une belle grange (photo) est attenante et un four artisanal y a été reconstitué.

L'entrée est gratuite pour les enfants et de 3 euros par adulte. Pour la visite de septembre à juin prendre rendez-vous à l'atelier au 05 59 93 03 05. L'accès aux personnes handicapées est assuré.


               

Le maire d'Espelette remet un makhila à Monseigneur Etchegaray en hommage de son village natal, à l'occasion de ses 80 ans.
A droite: détail de la gravure du pommeau
La devise qui orne ce makhila: Justizia eta Bakea (Justice et Paix)


Merci au dessinateur Michel Iturria pour son clin d'oeil

Dessin Iturria 2002



Un reportage de 20 photos d'Olivier Pighetti est en ligne sur le site de l'agence Saola. Il est consacré à Charles Bergara et l'art du makhila.Le reportage est aussi disponible en anglais.

photo signée Pighetti

Marquge des tiges de néflier au printemps par Charles Bergara
Photo Olivier Pighetti


 

Remises de makhilas Ainciart-Bergara

Voici quelques personnalités qui se sont vues récemment offrir un makhila de notre atelier : Didier Mundutéguy, navigateur solitaire, Karl Lagerfeld, le surfeur Kelly Slater, le docteur Jacques Blot,auteur de livres sur l'archéologie au Pays Basque, Charles Josselin, Vincent Bolloré, Catherine Tasca, le Prince Guillaume d'Orange, l'ancien maire d'Hendaye Raphaël Lassallette, Maïté Lafourcade, professeur d'université et spécialiste du droit basque.

Fabien Galthié

Fabien Galthié, capitaine de l'équipe de France de rugby

A l'occasion de la présentation du film "Quelqu'un de bien" à Biarritz, ont aussi reçu un makhila: Patrick Timsit, Marianne Denicourt, Sacha Distel et José Garcia.

Télévision
Le vendredi 27 décembre, vous avez pu voir les makhilas AINCIART-BERGARA au journal télévisé de TF1 à 13 H dans un reportage de Jean-Pierre Quittard.

 


Makhila Anciart-Bergara. Dernière mise à jour: avril 2003
Photos, dessins et textes sont la propriété de l'atelier (exceptée photo Pighetti)