une virole de makila sur laquelle on lit la date de fabrication, 1889le bouton qui permet de revenir à l'accueil du siteune pointe de makila avec sa virole

Le néflier

Plusieurs images du néflier: fleurs, feuilles et fruits. Quelques gravures et planches présentant Mespilus germanica

Fleur et fruits du néflier

C'est un arbuste de la famille des Rosacées, de 2 à 3 mètres de hauteur mais qui peut en atteindre 6. Il pousse de manière disséminée et le plus souvent spontanée dans les bois, broussailles et haies. On le rencontre surtout dans le sud-ouest de l'Europe.


Une essence reconnue

makilaLe nom latin du néflier, Mespilus germanica, laisse penser qu'il serait originaire d'Allemagne mais il semble bien qu'il ait pu être introduit en Europe il y a très longtemps du nord de la Perse ou des Balkans. Son fruit est la nèfle qui se consomme blette après les premières gelées et est connue pour ses propriétés médicinales. Au Moyen-Age, elle était très recherchée car elle permet le soin des maux intestinaux : " les nèfles resserrent le ventre".
La croissance du néflier est lente, ce qui renforce ses qualités. Son bois est dur, homogène et d'un grain très fin. Il prend un beau poli, résiste bien à l'usure et est pratiquement incassable. On le recherchait jadis pour en faire des manches d'outils ou de fouet ainsi que des cannes.

makilaLe roman de Renart, par exemple, cite un "baston de neflier bien fet". En Bretagne la roture taillait son penn-baz (gourdin) dans le néflier. Voltaire écrit que les bourgeois des villes de Flandre jouissaient du droit de prouver leurs prétentions avec la massue de mesplier.
En Pays Basque, on appelle makila un bâton de néflier ferré au gros bout avec une poignée garnie de cuivre ou de cuir et ayant une dragonne (Fabre, 1869).
Le néflier est connu dans beaucoup de langues et de dialectes : nispolero en espagnol, medlartree en anglais, Mespelbaum en allemand, nespolo en italien. En basque, le néflier est nommé mizpirondoa-et la nèfle mizpira-, en breton mesper. Dans diverses localités en France, le néflier est désigné par mêlié, mellier, népi, nespoulié ou mesplé. L'origine en est le grec mespilon et le latin mespilus.

Le marquage sur pied

Une tige de néflier. Les incisions en cours de travail. Plusieurs tiges marquées

Les travaux sur les tiges vivantes

makila Il faut préparer les tiges en supprimant des rameaux secondaires puis, quand le diamètre voulu est obtenu, après plusieurs années de pousse, faire une incision légère en tiretés ou en courbes au travers de l'écorce au printemps. Les tiges poursuivent leur croissance, les incisions deviennent cicatrices et ornementations. A la fin de l'automne de la même année, on récolte les tiges pour les passer au four.


Qualités du bois de néflier
Voir la page

L'intérêt médicinal de la nèfle (Ecole de Salerne)
Voir la page

Quelques billets du blog

Le passage du néflier au four
Nicole Bergara explique le makhila (vidéo)
ARTE à l'atelier (vidéo)